visite(s)

 

Un curé de Saint-Angeau indélicat 

 

En introduction au Mémoire sur l'Angoumois, de Jean Gervais (1668-1733), réédité en 1864, Gustave Babinet de Rancogne souligne une indélicatesse d'un curé de Saint-Angeau à propos de ce document:

«Lorsqu'en 1857, nous commencions à réunir des documents historiques sur notre province, un érudit bienveillant eut l'attention de nous indiquer, à la Bibliothèque Impériale, un manuscrit intitulé: Mémoire sur l'Angoumois, et rédigé par un compatriote, Jean Gervais, lieutenant criminel au présidial d'Angoulême. (…) Le manuscrit de la Bibliothèque impériale n'est pas un original. C'est une copie d'une grande et belle écriture du XVIIIème siècle (…) Il existe aussi à Angoulême, dans le cabinet de M. E. Castaigne, bibliothécaire,une copie du Mémoire sur l'Angoumois, qui nous a été obligeamment confiée; mais elle est incomplète, et souvent tronquée à dessein. Elle fut exécutée de 1750 à 1760, par J. Collain, curé de Saint-Angeau, mort en 1772. Cet ecclésiastique, trop peu scrupuleux, n'a pas craint de s'attribuer la paternité de l'oeuvre de Gervais en inscrivant son nom en tête du manuscrit, et pour assurer dans l'avenir l'impunité à son usurpation, il a pris soin de supprimer dans son infidèle copie la dédicace au comte de Saint-Florentin et les nombreux passages qui désignent le véritable auteur. Une fraude exécutée avec tant de prévoyance devait forcément s'imposer à la postérité et défier les recherches de la bibliographie la mieux informée, jusqu'au jour où l'examen comparé des manuscrits de Paris et d'Angoulême permettrait de la dévoiler en toute assurance. Nous sommes heureux de pouvoir la signaler ici pour la première fois.»

 

Jean Gervais. Mémoire sur l'Angoumois. Editions Librairie Bruno Sepulchre, 1986